Zvarri ! Amateur de snackoos ou de café, défenseur des justes, vile crapule ou simple voyageur, bienvenue dans l'espace de discussion francophone N°1 pour parler d'Ace Attorney ... Et de beaucoup d'autres choses aussi !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tektiv aux frontières du réel

Aller en bas 
AuteurMessage
kidosselin
Procureur débutant
avatar

Nombre de messages : 320
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Tektiv aux frontières du réel   Sam 26 Avr 2008 - 2:09

Chapitre 1 : Premiers pas.

Dick Tektiv se réveilla difficilement ca matin-là. Il se frotta les yeux à plusieurs reprises et découvrit avec stupeur qu'il n'était pas chez lui. Où était donc passée la photo de sa chère mère, posée sur la cheminée ? Il avait mal au crâne ... Qu'avait-il fait la veille ? Il ne s'en souvenait plus. Ah si ! Il était allé dans ce nouveau restaurant libanais ... Mais maintenant, il était dans un vieil entrepôt grisâtre. Un jeune garçon arriva en courant. Il portait un charmant tablier rose.

Ballaud : Bonjour monsieur ! ! ! !
Tektiv : Euh ... Salut mon gars, t'es qui, toi ?
Ballaud : Je suis votre associé, monsieur !
Tektiv : Ah oui, je me souviens de toi ... Officier Bill Ballaud, c'est ça ?

*silence*

Ballaud : Officier ? Non, monsieur ! Nous sommes tous les deux employés à l'usine de boîtes en carton, monsieur !
Tektiv : Qu... Qu... Quoi ? Tu dois te tromper, mon gars ! Je sais pas ce que t'as bu hier, mais en tout cas ...
Ballaud : Vous devriez vous dépêcher, je susi en train de préparer le petit-déjeuner ! A huit heures, il faut qu'on se mette au travail !

Il pointa du doigt une pile de cartons pas encore pliés.

Ballaud : Aujourd'hui, on a 45 000 cartons à plier !
Tektiv : ... Euh ... Pourquoi je dors dans mon lieu de travail ?
Ballaud : C'est la loi qui le veut, monsieur !
Tektiv : ... Euh ... La loi ... Ouais ... Hum ... Euh ... Je suis un peu perdu, pour le coup !
Ballaud : Vous devriez faire vite ! Nous ne sommes que trois pour plier tous ces cartons pour ce soir.
Tektiv : Où est le troisième ?
Ballaud : Il est en train de régler les impôts de la fabrique, il nous rejoindra quand il aura fini ses comptes ...
Tektiv : J'ai l'impression d'avoir raté une étape. Il consiste en quoi notre travail ? A plier des boîtes toute la journée ?
Ballaud : Principalement, monsieur ! Ensuite, nous devons jeter ces boîtes dans l'incinérateur.
Tektiv : Ah, ok ...

*silence*

Tektiv : Mais pourquoi on les plie ?
Ballaud : Pardon ?
Tektiv : Pourquoi on les plie si c'est pour les brûler ?
Ballaud : Ben pour ...

*silence*

*criquets*

Ballaud : Tiens, j'y avais jamais pensé à cette question !
Tektiv : Et pourquoi on les brûle ?
Ballaud : Pour faire des cendres !
Tektiv : Et ces cendres, elles servent à quoi ?
Ballaud : ... On doit les envoyer au gouvernement ...
Tektiv : Pourquoi ?

*silence*

Ballaud : Bon, c'est pas tout mais faut qu'on se mette au boulot ! Allez !
Tektiv : J'ai besoin de comprendre ce qui se passe ! Pourquoi suis-je ici ? Que fait-on de ces cendres et surtout ... Pourquoi vous portez ce tablier rose ?
Ballaud : Pour la cuisine ! Ce midi on mange ... Des pâtes !
Tektiv : Y'a au moins une chose de bien dans ce monde de barges, je mange mieux que chez moi !
Ballaud : Des pâtes instantanées !
Tektiv : D'oh !

Une voix sourde se fit entendre du fond de la salle.

??? : Vous ne travaillez pas ! Vite ! Vous déjeunerez plus tard !
Ballaud : Ah ! Missile ! Tu as fini de régler nos impôts ?

Missile avançait à quatre pattes, le regard sévère.

Missile : Oui ! Au boulot, Ballaud !
Ballaud : Ah ah ! Boulot/Ballaud ... lol ...
Missile : Et vous aussi, Tektiv !
Tektiv : Oui ... Monsieur ... Euh ... Chien ! Mais qu'est ce que je fais ? J'obéis à un chien qui parle ? Où suis-je ? C'est quoi ce monde de fous ? AAAAAAAAAAAAHHHHH !

Dick sortit en courant en récitant les huit premiers versets de la Bible à l'envers.

Ballaud : ...
Missile : ...
Ballaud : Notre cher collègue semble un peu surpassé ...
Missile : Oui ... Très joli tablier, au passage !
Ballaud : Merci, tes bottes de cow-boys sont pas mal, aussi !
Missile : Oui ... Appelle-moi ... Texas ranger !

Dick courait toujours. Une voiture manqua de l'écraser.

Tektiv : Faites attention, chauffard !
??? : Moi, chauffard ?
Tektiv : Oh, monsieur Roosevelt !
Rosenberg : Non, moi c'est Rosenberg !
Tektiv : C'est la même chose ! Vite, conduisez-moi à l'hôpital, il faut que je me fasse soigner ! Je vois des chiens qui parlent !
Rosenberg : Vous parlez de Missile ?
Tektiv : Euh ... Oui, pourquoi ?
Rosenberg : Vous demanderez au docteur, il vous expliquera ...

Ils roulèrent un peu.

Tektiv : Mais ... Ce n'est pas la route de la clinique Sashoff !
Rosenberg : Non ... Je vous emène chez le nouveau docteur. La clinique Sashoff a disparu. Un des patients s'est fait sauter avec cette-dernière.
Tektiv : Et ... Les victimes ?
Rosenberg : ça va, pas de blessés !
Tektiv : Bon, c'est déjà ça !
Rosenberg : Par contre, des centaines de morts !
Tektiv : *gloups*
Rosenberg : On est arrivés !

La voiture s'arrêta en bas d'une colline. Un chemin de terre noire s'étendait, recouvert d'herbes folles noires, et de cailloux ombragés. Tout en haut de ce noir chemin se trouvait une demeure complètement noire.

Tektiv : Heureusement qu'il fait jour !
Rosenberg : Oui, la nuit il est très difficile de voir cette demeure et les réparations coûtent chers.
Tektiv : Bon, ben merci du chemin, je vais voir le docteur.
Rosenberg : Moi je vais retourner à la tête de ma petite entreprise.
Tektiv : Vous avez une entreprise ? Je savais pas !
Rosenberg : Ah la la ! Je dirige un magazine "Gros bonhommes et petites moustaches sexy".
Tektiv : Et ... ça marche ?
Rosenberg : Oui, les moustaches donnent un petit côté canaille que les femmes adorent ... Les hommes aussi ...
Tektiv : ... Ah ...
Rosenberg : Euh ... Hum ... Je vais ... Vous laisser !

Il démarra sa voiture et tomba dans un ravin.

Tektiv : J'ai l'impression que je vais entrer dans une hsitoire louche ... Très très louche !

Dick pénétra dans la demeure. Il mit un peu de temps à trouver la poignée de la porte, cette dernière étant noire, comme tout le reste.

Tektiv : Euh ... Y'a quelqun ?

*silence*

Une porte s'entrouvrit.

??? : Mon précieux ! Rapportez-moi mon précieux !

Une fine main passa par l'ouverture. Tektiv ouvrit la porte.

Tektiv : Madame Eïchouette ? Vous êtes le docteur ?

Flavie était recroquevillée, cadavérique.

Flavie : Je veux mon précieux ! Le sournois ! Ils veulent mon précieux !
Tektiv : Vous êtes encore plus pétée qu'avant. Ce qui est difficile à faire !
Flavie : Le docteur n'est plus là ! Il est parti en ville ! Il m'a dit de ne pas sortir ... Le maître m'a dit de ne pas sortir. Il a dit que je serai bientôt rétablie ... Mais moi je sais ce qu'il me faut pour être rétablie ... Il me faut mon précieuxxxx ! Si beau ! Si brillant !
Tektiv : C'est quoi le précieux ?

Flavie jeta un regard vif à Tektiv. Puis, elle sautilla et s'arrêta, fixant Tektiv sans rien dire.

Tektiv : Euh ... Je vais vous laisser ...

Tektiv sortit en courant et referma la porte.

Tektiv : Il faut que je trouve un moyen de savoir ce qui se passe ... Je vais aller en ville ...

Tektiv se mit à marcher. La porte du manoir s'entrouvrit.

Flavie : Il sait où est mon précieuxxxxx ! Le maître sera mécontent que je ne sois plus là à son retour, mais je dois le suivre ...

Voilou !

Vos commentaires, critiques ...
J'espère que vous aimerez !!
Revenir en haut Aller en bas
Hurricane
F*cking fangirl sh*t
avatar

Nombre de messages : 7680
Age : 27
Localisation : In mah bukkit
Date d'inscription : 16/04/2007

MessageSujet: Re: Tektiv aux frontières du réel   Sam 26 Avr 2008 - 12:26

J'aime bien ! C'est un peu déjanté x)
Revenir en haut Aller en bas
 
Tektiv aux frontières du réel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De la fermeture des frontières
» Ouverture /Fermeture des Frontières
» Fermeture des frontières étrangères
» [Limousin La Marche] Etat des Frontières du Limousin
» IMPORTANT!!! Frontières fermées - sep, oct, nov 1459

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Phoenix Wright :: Studio Joseph :: Maison du Studio 2 :: Chez Eddy Taurial-
Sauter vers: