Zvarri ! Amateur de snackoos ou de café, défenseur des justes, vile crapule ou simple voyageur, bienvenue dans l'espace de discussion francophone N°1 pour parler d'Ace Attorney ... Et de beaucoup d'autres choses aussi !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [One-Shot Apollo Justice] La Main du Roi (spoilers!)

Aller en bas 
AuteurMessage
Seigi
Shotacon
avatar

Nombre de messages : 261
Age : 27
Localisation : Digital World
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: [One-Shot Apollo Justice] La Main du Roi (spoilers!)   Jeu 31 Juil 2008 - 7:40

Voici une petite histoire sur Kristoph, un des personnages les plus fascinants du jeu. Je me suis posé quelques questions sur la fameuse cicatrice qu'il portait, et dans quelles circonstances il avait pu l'avoir.
C'est une petite fic sans prétention, et j'espère qu'elle vous plaira.
Petite précision: elle se passe avant la première affaire d'Apollo Justice.

Petite note sous le spoiler, à lire après avoir fini ma fic

Spoiler:
 


La Main du Roi



Il était arrivé peu après dix heures du matin, et déjà la chaleur était insoutenable. Dans cette partie de la région, le soleil tapait fort dès le matin, pour ne laisser ensuite qu’une tiédeur moite en fin de journée. Il détestait la chaleur et étouffait dans sa magnifique veste, mais comme toujours, il demeurait impeccable, ne laissant voir de lui qu’une tranquillité suffisante.

C’était une maison de taille moyenne qui avait perdu de son éclat au fil des décennies, penchant comme un vieil homme, au lierre grimpant telles des veines sur la peau. Le toit d’un rouge éclatant s’était assombri en une teinte de sang. L’endroit semblait pourrir sur place.

Il frappa deux coups à la large porte et attendit quelques minutes. Pendant une seconde, la pensée que celui qu’il voulait voir fût absent et une légère pointe d’agacement l’effleura. Heureusement, lorsque la porte s’ouvrit, un vieil homme lui sourit doucement.

- Ah…, Mr Kristoph Gavin, si je ne me trompe ?

- Tout à fait, répondit-il en souriant poliment. Kristoph Gavin, avocat de la défense. Je vous remercie pour votre accueil, Mr Balthazar.

- Oh, c’était la moindre des choses…

Lorsqu’il entra dans la demeure, Kristoph fut assailli par une odeur de poussière et de vieillesse qui lui donna la nausée. Il n’avait jamais supporté cette atmosphère étriquée et pouilleuse, ces vieux journaux çà et là, les tableaux ignobles et surtout les souvenirs qui imprégnaient les lieux. L’image d’un sourire moqueur lui revint en mémoire, deux yeux bruns qui le toisaient avec pitié. Un frisson lui passa dans le dos comme si quelqu’un avait fait couler de l’eau glacée sur lui.

Il suivit le vieil homme jusqu’au salon qui était aussi épouvantable que l’entrée. Kristoph était partagé entre l’envie de rire et celle de quitter la maison mais conforme à sa parfaite réputation, il s’assit, croisa les jambes et laissa son sourire de marque tranquilliser une nouvelle fois son client.

- Encore merci, Mr Gavin. Je ne savais vraiment pas quoi faire.

- Ne vous inquiétez pas, Mr Balthazar, répondit doucement Kristoph. Vous êtes mon client et je dois me plier à votre desiderata. A présent, dites-m’en plus. Que voulez-vous de moi ?

Mr Balthazar eut un rire chevrotant.

- Retrouver mon petit-fils.

- Votre petit-fils ?

- Je vais bientôt avoir quatre-vingt dix ans. Je vis seul depuis tellement longtemps que je ne sais même plus si je suis encore présent dans ce monde. Ma famille a quasiment disparu et mon petit-fils est le seul héritier de nos secrets. Je voudrais que vous le retrouviez, Mr Gavin.

Après avoir dit ces mots, il se leva lentement et alla chercher sur la cheminée ternie par les année un cadre photo. Il le tendit à l’avocat qui était demeuré impassible.

- Voici mon fils… Mercutio Justice.

Kristoph sentit sa bouche devenir sèche mais son sourire resta sur ses lèvres, accroché avec une énergie nerveuse. Le jeune homme sur la photo devait avoir une vingtaine d’année et se tenait debout près du rideau rouge d’une scène de théâtre. La lumière tombait sur lui en une couleur douce et familière. Mercutio souriait d’une manière doucement ironique, et ses yeux flamboyaient d’une assurance effrontée, d’un brun chaud et tranquille. Dans sa main gauche brillait un long poignard. C’était un homme qui avait de la prestance, chose que même Kristoph ne pouvait nier.

- Mercutio était un artiste, un vrai, rajouta son père qui semblait au bord des larmes. Sa spécialité était le lancer de couteaux. Il adorait mettre sa vie en danger, à atteindre ses limites. Il est mort sur scène, lors d’un tour très compliqué.

- Etait-il marié ? demanda Kristoph bien qu’il connaissait la réponse.

Le regard de Balthazar brilla au souvenir de cette époque.

- Pas bien longtemps, mais cela a été son grand amour. C’était une magnifique magicienne d’une troupe prestigieuse. Thalassa était son nom. Lorsque Mercutio est mort, elle était inconsolable et elle est retournée dans sa troupe première. Elle s’est remariée ensuite mais je ne lui en veux pas le moins du monde, elle était jeune et méritait d’être heureuse. Mercutio aurait voulu la même chose pour elle. Mon fils était incapable d’être vraiment cruel avec les gens, même quand il les faisait pleurer. Il était en vérité très soucieux et nerveux, il n’avait pas confiance en lui mais ne le montrait pas.

Connerie, voulut dire Kristoph. Car ce n’étaient que des conneries, il n’y avait pas d’autre mot. Mercutio Justice était cruel et avait fait pleurer bon nombre de personnes, y compris des hommes plus vieux et plus forts que lui. Il y avait toujours eu quelque chose de froid dans ses yeux qui scrutaient longuement ceux qu’il n’aimait pas, ou feignait d’aimer. Thalassa avait été flouée par son éclat, son sourire et son talent. Elle avait eu de la chance qu’il fût mort peu de temps après leur mariage, elle n’aurait pas souffert plus longtemps de son caractère.

Mercutio Justice était une véritable connerie humaine. Un salopard.

Kristoph sentit dans sa bouche le goût du sang comme s’il s’était mordu trop fort la langue.

Tu regardes les gens comme s’ils étaient des objets, Kristoph… Tu ne vois que la perfection… Mais l’être humain n’est pas parfait, tu sais.


Oui, Mercutio Justice était un… un…

Tu as peur de moi et de ce que je pourrais te faire. Car tu vois en moi quelque chose de parfait. Tu me vois réellement. Et tu en es terrifié.

Kristoph n’arrivait plus à se souvenir avec exactitude de tout ce passé. Seules des images lui revenaient par éclats, un visage, un goût, une odeur. Il se rappelait du jeune homme qu’il avait connu, alors qu’il n’était lui-même qu’un garçon calme et respecteux, mais terriblement solitaire et hautain. De sa propre histoire et des répercussions sur toute sa vie.

Il avait encore en mémoire le mouvement souple de la main de Mercutio quand il lançait des couteaux sur son complice, si près du corps que l’air se coupait, et la peau se refroidissait sous la peur de l’instant. La lumière éclatante du métal, le visage de l’artiste, et cette sensation de connaître quelque chose de parfait. Parfaitement terrifiant.

Tu ne m’aimes pas du tout, Kristoph… Tout simplement parce que je suis ce que tu ne seras jamais. Complètement libre de tout engagement.

Mais… et ton mariage ?

Ah, c’est différent… Choisir avec qui on va vivre n’est pas une entrave, mais une liberté. J’aurai très bien pu refuser, et alors ? Tout est une question de libre arbitre.


Il y avait eu cette jalousie mordante après cette discussion. Voir Mercutio désinvolte, marcher en ce monde comme s’il lui appartenait, embrasser Thalassa comme un dû, lancer des couteaux et refroidir la peau de tout le monde sous l’afflux de la panique. Il riait, et il était libre, ce que Kristoph n’avait jamais été.

Il avait fui pour un temps sa famille, étouffant sous cette perfection qu’il ne maîtrisait pas encore. Il n’avait disparu que quelques mois, et l’histoire avait été oubliée, tant il avait fait ses preuves comme avocat. Personne n’avait su où il était allé. Ce n’était plus important.

La vision de Mercutio mort sur la scène avait suffi. Le jeune homme avait accepté d’être celui qui serait la cible. On ne sut jamais comment mais il fut tué lors de son tour le plus risqué. Kristoph, dans les coulisses, en voyant le corps s’affaisser, les yeux brun chaud se glacer et se ternir, s’était recroquevillé et avait pleuré. Pleuré et ri en même temps, mordant ses poings pour se taire. Personne ne l’avait entendu, tant Thalassa, horrifiée, criait, touchant le corps de son mari qui saignait.

Tu me vois réellement. Et tu en es terrifié.

- Mr Gavin ?

Kristoph se sentit de nouveau dans la réalité, dans ce salon immonde, près de cet homme qu’il n’avait jamais vu mais qu’il connaissait à travers la photo de son fils si doué, si odieux.

- Ne vous en faites pas, Mr Balthazar. Pardonnez-moi mais… auriez-vous un objet appartenant à Mercutio dans cette maison ? Un objet personnel, qui signifiait beaucoup de chose pour lui. Il me serait précieux pour ma recherche.

Le visage du vieil homme s’illumina de joie.

- Oh merci, Mr Gavin ! Bien sûr, suivez-moi.

Le couloir menant à l’étage était devenu étroit par les piles de journaux entassés par l’homme au fil des ans. Ils arrivèrent finalement au grenier qui pour Gavin avait le même degré de propreté que le reste de la maison. Des cartons, des costumes miteux jonchaient le sol poussiéreux. Une petite lumière dorée passait par une mince fenêtre qui donnait sur les bois aux alentours. Le père de Mercutio Justice avait toujours vécu comme un reclus.

- J’ai trouvé quelque chose, Mr Gavin.

Dans des bruits divers de cartons et de verre, Mr Balthazar parvint jusqu’à l’avocat. Il souffla sur une boîte métallique où la rouille avait dévoré les couleurs éclatantes. L’emblème de la Troupe des Rois avait perdu de sa vie mais Kristoph le reconnut aussitôt. Dans un grincement sinistre, le vieil homme sortit un papier qui avait jauni et un couteau dont la lame n’était plus du tout effilée.

- C’était la boîte secrète de Mercutio. Thalassa me l’a donnée avant de repartir dans sa propre troupe, et je ne l’ai jamais ouverte. Elle devait être importante pour lui.

Kirtsoph prit le papier et la boîte, plissa les yeux. Sous la pauvre lumière du grenier et parmi les débris, il se vit, près de Mercutio, alors qu’il était tout jeune, le visage calme et pâle. Mercutio avait posé une main sur son épaule et souriait, effronté, moqueur. Cela avait été la seule preuve existante du secret de l’avocat, de ces quelques mois à parcourir les régions, à se sauver. L’odeur de la pourriture lui vint aux narines et il eut un mouvement de recul.

- Très bien… C’est très bien, murmura-t-il d’une voix grave. Merci, Mr…

Il se tourna vers la fenêtre et resta silencieux un instant. Il sentait derrière lui que l’homme se tenait nerveux, et attendait.

- Si j’ai bien compris, Mr Balthazar. Hormis votre petit-fils et vous… il n’existe plus aucun membre de votre famille encore en vie ?

- Eh bien… oui. Si mon petit-fils est encore en vie à l’heure actuelle, on peut dire que je suis avec lui l’un des derniers.

Kristoph eut un léger sourire.

- D’accord. Tant mieux.

Et dans un geste rapide et violent, il se retourna et frappa le vieil homme au visage avec la boîte. Il y eut un bruit étrange, comme le grincement d’un coffre-fort et un craquement sonore. Le vieil homme eut un gémissement surpris et s’écroula sur le sol, faisant voleter autour de lui un nuage de poussière grise.

-… Mais… Mr Gavin ?

Il semblait plus surpris que choqué. Kristoph ne répondit pas. Prenant la boîte à deux mains, il leva les bras et les rabattit sur le crâne de sa victime. Plusieurs fois. Les gémissements s’arrêtèrent dès la deuxième fois et dès la troisième, du sang se mit à couler de la plaie profonde de son front. Il avait à peine bougé, s’était à peine défendu. Dans le silence étouffant du grenier, l’odeur du sang, douceâtre, écoeurante, avait empli l’air. L’homme, recroquevillé en position fœtale, tout le crâne ensanglanté, était inerte.

Kristoph, après un moment, laissa tomber la boîte. Sa respiration n’avait pas changé et son visage était demeuré aussi inexpressif qu’à son arrivée dans la maison. C’était différent.

Le regard dur, il fixa sa main droite, la première qui avait tenu la boîte et donné le premier coup. Du pouce de sa main gauche, il frotta le dos. Et alors, il vit la cicatrice qui avait tout décidé.

Cette cicatrice qu’il avait eu en tuant Mercutio. Et qui rougissait sous la douleur des muscles quand il tuait une nouvelle fois.

En soupirant, Kristoph enjamba le cadavre et descendit les marches. Il avait vu à son arrivée de l’essence près de la porte du garage ouverte. La voiture à l’intérieur n’était plus toute jeune. Tout comme son propriétaire.



Lorsqu’il rentra au cabinet, un peu fatigué malgré tout, il vit son assistant se lever de sa chaise. Habillé de rouge, le regard d’un brun chaud, il fixait son mentor avec respect et inquiétude.

- Comment s’est passée votre journée ?

Kristoph sourit, se débarassant de son manteau.

- Plutôt bonne. Un client a néanmoins voulu avoir un autre avocat que moi, mais ce n’est pas un réel problème. Et toi, Apollo ?

Le jeune homme se tendit, légèrement nerveux. Lorsqu’il se gratta la joue, son bracelet brilla doucement.

- Oh, comme d’habitude. Je me suis occupé de quelques rapports, comme vous me l’aviez demandé.

- C’est parfait, répondit Kristoph. Voudrais-tu un café avec moi ? Tu l’as bien mérité.

- Oh… Merci ! bredouilla Apollo, très honoré. Laissez-moi juste terminer de ranger les dossiers.

Kristoph, silencieux, observa son assistant retourner à sa place. Il vit ses mains agiles, et ses yeux vifs. Apollo était différent de Mercutio mais il savait que sous la surface, il y avait cette même assurance, cette prestance de l’artiste qui rejaillissait, le sourire fier qui pouvait passer sur ses lèvres.

Kristoph eut un léger sourire, un peu froid. Il s’assit à son fauteuil et, attendant qu’Apollo finisse, il déplia le journal du soir, espérant peut-être une nouvelle de dernière minute.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Sakudrew
Jeune avocat
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 15/06/2012

MessageSujet: Re: [One-Shot Apollo Justice] La Main du Roi (spoilers!)   Ven 15 Juin 2012 - 12:59

Pourquoi ce n'est pas sur fanfiction.net qu'on trouve des fics aussi bien rédigées ?!! T-T"
Seigi-sama je veux ton talent è[]é" !!! *retourne fouiller si elle ne trouve pas d'autre fanfictions*

_________________


J.U.S.T


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Hunty
Ultimate Despair
Ultimate Despair
avatar

Nombre de messages : 3176
Age : 504
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: [One-Shot Apollo Justice] La Main du Roi (spoilers!)   Ven 15 Juin 2012 - 13:23

Cette fiction à été écrite il y a 4 ans, hein. o-o

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Saul Hudson
Chocolate Saïbaman
avatar

Nombre de messages : 5029
Age : 25
Localisation : Wammy's House
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: [One-Shot Apollo Justice] La Main du Roi (spoilers!)   Ven 15 Juin 2012 - 14:15

Ça l'empêche pas de donner son avis.

'spèce de psychorigide u_u
Revenir en haut Aller en bas
Sakudrew
Jeune avocat
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 15/06/2012

MessageSujet: Re: [One-Shot Apollo Justice] La Main du Roi (spoilers!)   Lun 18 Juin 2012 - 8:46

Wesh d'abord. Les talents comme ça ne seront JAMAIS ENTERRES POUR L'ETERNITE tant que je serai vivante !! T-T

_________________


J.U.S.T


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Fox Edgeworth
Procureur en chef
Procureur en chef
avatar

Nombre de messages : 1887
Age : 28
Localisation : Là où la justice vibre et où les invectives fusent
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: [One-Shot Apollo Justice] La Main du Roi (spoilers!)   Lun 18 Juin 2012 - 13:09

La preuve que c'est efficace! J'avais même pas lu cette fic!

Si t'as pas peur des longues fics, je peux te suggérer la mienne. ahdé
Revenir en haut Aller en bas
Sakudrew
Jeune avocat
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 15/06/2012

MessageSujet: Re: [One-Shot Apollo Justice] La Main du Roi (spoilers!)   Jeu 21 Juin 2012 - 7:20

Aucun probléme ahdé Après m'être tapée "Le rouge et le noir" de Stendhal je n'ai plus peur de rien ahdé !! File-moi le ou les liens C: !

_________________


J.U.S.T


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Fox Edgeworth
Procureur en chef
Procureur en chef
avatar

Nombre de messages : 1887
Age : 28
Localisation : Là où la justice vibre et où les invectives fusent
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: [One-Shot Apollo Justice] La Main du Roi (spoilers!)   Jeu 21 Juin 2012 - 12:05

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [One-Shot Apollo Justice] La Main du Roi (spoilers!)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[One-Shot Apollo Justice] La Main du Roi (spoilers!)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Phoenix Wright :: Studio Joseph :: Maison du Studio 2 :: Chez Eddy Taurial-
Sauter vers: